Des antidépresseurs semblent efficaces contre la COVID

Plusieurs études suggèrent que certains antidépresseurs pourraient être bénéfiques dans le traitement de la COVID-19.

L’Institut national français de la santé et de la recherche médicale (Inserm) a publié, le 14 septembre 2021, une synthèse de ces études.

En France, dès le début de la pandémie, l’équipe du Dr Nicolas Hoertel et du Pr Frédéric Limosin a constaté « qu’aucun de leurs patients âgés hospitalisés dans leur service de psychiatrie ne développait de forme symptomatique de COVID, même lorsqu’ils avaient été en contact avec des personnes positives. Or beaucoup de ces patients étaient traités par antidépresseurs.  »

L’hypothèse que certains antidépresseurs pourraient prévenir l’aggravation de la COVID semblait d’autant plus pertinente que de nombreux antidépresseurs ont des propriétés anti-inflammatoires bien connues, ciblant notamment des marqueurs inflammatoires associés aux formes sévères de la COVID (IL-6, IL-10, TNF alpha…).

Études observationnelles

L’équipe a mené une grande étude observationnelle portant sur 7 230 patients hospitalisés en Île-de-France pendant la première vague de COVID. Celle-ci a montré une association entre la prise d’un antidépresseur dans les 48 heures suivant l’admission à l’hôpital et un moindre risque de décès ou d’intubation, potentiellement réduit de 44 %.

Cet effet n’était pas le même pour tous les antidépresseurs. Certains, tels que la fluoxétine, étaient plus fortement associés à la réduction du risque (allant jusqu’à 74 %), tandis que d’autres ne semblaient pas modifier ce risque. Les résultats de cette étude ont été publiés dans la revue Molecular Psychiatry en février 2021.

Une autre étude observationnelle publiée en avril 2021 dans Acta Psychiatrica Scandinavica, menée en Espagne chez des patients hospitalisés pour la COVID, a aussi constaté une association entre la prise d’un antidépresseur et la réduction de la mortalité (réduction potentielle de 57 %).

Mécanismes sous-jacents

Des études suggèrent que plusieurs antidépresseurs, et particulièrement la fluoxétine, inhiberaient fortement la réplication virale dans différents modèles cellulaires, y compris l’épithélium pulmonaire humain, et pour différents variants.

Des travaux menés par des équipes des Universités de Duisburg-Essen et d’Erlangen-Nuremberg en Allemagne ont permis d’avancer la compréhension des mécanismes biologiques sous-jacents.

Une étude publiée en novembre 2020 dans Cell Report Medicine ainsi qu’une autre parue en avril 2021 dans le Journal of Biological Chemistry ont conclu que les antidépresseurs observés comme potentiellement efficaces contre la COVID sont ceux qui inhibent la sphingomyélinase acide (ASM), une enzyme présente dans les cellules et qui permet la synthèse de céramides (un type de lipides) à la surface des cellules.

Parmi les antidépresseurs inhibant le plus fortement cette enzyme figurent notamment la fluoxétine (Prozac), la paroxétine (Deroxat, Paxil, Seroxat) et la fluvoxamine (Luvox, Floxyfral). La fluvoxamine est très peu prescrite en France et en Europe et l’est davantage aux États-Unis.

« L’inhibition de cette enzyme ASM a pour effet de réduire la quantité de céramides à la surface des cellules. Or, ces deux études suggèrent que les céramides sont capables de piéger et de regrouper les récepteurs ACE2 du virus à la surface des cellules, dont elles augmentent fortement l’infection par le SARS-CoV-2. La rapide diminution des céramides suite au blocage de l’enzyme ASM par certains antidépresseurs freinerait donc nettement l’entrée du virus dans les cellules et sa capacité à se répliquer. »

Une étude publiée dans l’International Journal of Molecular Sciences en avril 2021 indique que la quantité de céramides dans le sang est associée au pronostic clinique des patients et au niveau d’inflammation dans le sang.

Enfin, une étude parue en mai 2021 dans Clinical Pharmacology and Therapeutics rapporte une association significative entre la prise d’antidépresseurs inhibant l’enzyme ASM et une réduction du risque de décès ou d’intubation chez 2 846 patients hospitalisés pour une forme sévère de Covid.

« L’ensemble de ces données suggèrent que ces antidépresseurs inhibant l’ASM pourraient avoir un effet à la fois antiviral et anti-inflammatoire au cours de la COVID. »

Essais cliniques randomisés

Afin de prouver formellement l’efficacité d’un traitement, il est essentiel de réaliser des essais cliniques randomisés.

Aux États-Unis, un premier essai clinique incluant 152 patients symptomatiques pris en charge en ambulatoire, dont les résultats ont été publiés dans le Journal of the American Medical Association (JAMA), a montré que les participants ayant reçu de la fluvoxamine pendant 15 jours présentaient un risque significativement plus faible d’aggravation clinique ou d’hospitalisation que ceux prenant un placebo (0 cas d’aggravation dans le groupe traité versus 8,3 % [6 cas] dans le bras placebo).

Ces résultats ont été confirmés dans un deuxième essai clinique dit « ouvert » portant sur 113 patients symptomatiques et pris en charge en ambulatoire (pas de placebo ni de randomisation, le traitement étant donné selon le choix des patients). Aucun des patients traités par fluvoxamine prescrit pour une durée de 14 jours n’a été hospitalisé et ne présentait de symptômes résiduels au bout de 2 semaines, contre respectivement 12,5 % et 60 % des participants non traités.

Suite à ces résultats prometteurs, plusieurs essais cliniques testant soit la fluvoxamine soit la fluoxétine, seules ou en association avec d’autres traitements potentiels sont en cours ou sur le point de débuter dans différents pays.



Partagez sur

  • Subscribe to our RSS feed
  • Share this post on Delicious
  • StumbleUpon this post
  • Share this post on Digg
  • Tweet about this post
  • Share this post on Mixx
  • Share this post on Technorati
  • Share this post on Facebook
  • Share this post on NewsVine
  • Share this post on Reddit
  • Share this post on Google
  • Share this post on LinkedIn