Comment surviennent les périodes fastes chez les artistes et créateurs

À travers les différents domaines de création, des carrières individuelles sont caractérisées par des périodes fastes (« hot streaks »), qui se démarquent de la production habituelle, dans lesquelles des œuvres à fort impact se succèdent rapidement.

On ne sait toujours pas s’il existe des régularités, des façons communes dont se produit le début de ces périodes.

Pour tenter de répondre à cette question, Dashun Wang de la Northwestern University (États-Unis) et ses collègues (1) ont développé des algorithmes d’intelligence artificielle afin d’analyser les œuvres et la carrière de nombreux artistes, réalisateurs de films et scientifiques.

Ils ont découvert un schéma qui semble représenter une « formule magique ». Avant une période faste de succès, une période d’exploration créative semble suivie d’une période d’exploitation de nouvelles façons de faire, montrent leurs résultats publiés en août 2021 dans la revue Nature Human Behaviour.

Par exemple, avant de mettre au point sa célèbre technique de « dripping » (projection, égouttement de peinture), l’artiste abstrait Jackson Pollock s’est essayé au dessin, à la gravure et à la peinture surréaliste d’êtres humains, d’animaux et de nature.

Cette période d’exploration a été suivie d’une période d’exploitation de sa nouvelle technique qui lui a permis de réaliser une « série de coups d’éclat », une série d’œuvres à fort impact les unes à la suite des autres. Il s’agit d’une période de trois ans, de 1947 à 1950, au cours de laquelle il a créé tous ses chefs-d’œuvre de gouttes et d’éclaboussures qui l’ont rendu célèbre.

Les périodes de succès résultent directement d’années d’exploration (étude de divers styles ou sujets) suivies immédiatement d’années d’exploitation (concentration sur un domaine étroit pour développer une expertise approfondie).

« Ni l’exploration ni l’exploitation, prises isolément, ne sont associées à une période prospère. C’est leur enchaînement qui est en cause », rapporte Dashun Wang. « Bien que l’exploration soit considérée comme un risque car elle peut ne mener nulle part, elle augmente la probabilité de tomber sur une idée géniale. En revanche, l’exploitation est généralement considérée comme une stratégie conservatrice. Si vous exploitez le même type de travail encore et encore pendant une longue période, cela peut étouffer la créativité. Mais il est intéressant de noter que l’exploration suivie de l’exploitation semble être associée de manière cohérente à l’apparition de périodes de grande créativité. »

Inspirés par Van Gogh

En 2018, Wang et ses collègues ont publié un article dans Nature qui a établi que les périodes fastes de succès existent bel et bien, ce qui a motivé les auteurs à découvrir ce qui les déclenche. Wang a trouvé un indice en visitant le musée Van Gogh à Amsterdam.

Van Gogh a connu une percée artistique entre 1888 et 1890, période au cours de laquelle il a peint ses œuvres les plus célèbres, dont La nuit étoilée, Tournesols et Chambre à coucher à Arles. Avant cela, son travail était moins impressionniste et plus réaliste. Il avait également tendance à utiliser des tons de terre sombres plutôt que les couleurs vives et lumineuses pour lesquelles il est le plus connu aujourd’hui.

« Si vous regardez sa production d’avant 1888, elle était très variée », rapporte Wang. « Elle était pleine de natures mortes, de dessins au crayon et de portraits dont le caractère est très différent des œuvres qu’il a créées pendant sa période faste. »

Analyse des données

Pour étudier les carrières d’artistes peintres, l’équipe de Wang a utilisé des algorithmes de reconnaissance d’images pour analyser 800 000 images d’arts visuels collectées auprès de musées et de galeries, qui couvrent l’histoire de la carrière de 2 128 artistes, dont Pollock et Van Gogh.

Pour les carrières de réalisateurs de films, l’équipe a recueilli des données provenant de l’Internet Movie Database (IMDb) qui comprend 79 000 films de 4 337 réalisateurs.

Pour les scientifiques, elle a analysé la carrière de 20 040 chercheurs en combinant des ensembles de données sur les publications et les citations provenant du Web of Science et de Google Scholar.

Wang et ses collaborateurs ont quantifié les séries de succès au sein de chaque carrière en fonction de l’impact des œuvres produites, mesuré par leur prix de vente des tableaux, le classement IMDB des films et les citations d’articles universitaires. Ils ont ensuite établi une corrélation entre le moment où se produisent les périodes de forte activité et les trajectoires créatives de chaque individu. En examinant les carrières quatre ans avant et après la série de succès, ils ont étudié comment le travail de chaque individu changeait vers le début d’une série de succès.

Expérimentation créative et mise en œuvre

Lorsqu’un épisode d’exploration n’était pas suivi d’un épisode d’exploitation, les chances d’avoir une série de succès étaient considérablement réduites. De même, l’exploitation seule – qui n’était pas précédée d’une exploration – ne garantissait pas non plus une série de succès. En revanche, lorsque l’exploration était suivie de près par l’exploitation, la probabilité d’une série de succès augmentait de manière significative.

« Nous avons été en mesure d’identifier l’une des premières régularités sous-jacentes à l’apparition des “bonnes périodes”, qui semble universelle dans divers domaines créatifs », a déclaré Wang. « Nos résultats suggèrent que les stratégies créatives qui équilibrent l’expérimentation et la mise en œuvre peuvent être particulièrement puissantes. »

En moyenne, une série de succès dure environ cinq ans. Après cela, les individus reviennent à leur « normale », ne suivant plus aucun schéma d’exploration ou d’exploitation.



Partagez sur

  • Subscribe to our RSS feed
  • Share this post on Delicious
  • StumbleUpon this post
  • Share this post on Digg
  • Tweet about this post
  • Share this post on Mixx
  • Share this post on Technorati
  • Share this post on Facebook
  • Share this post on NewsVine
  • Share this post on Reddit
  • Share this post on Google
  • Share this post on LinkedIn