Qu’est-ce que le Quviviq

Après les Etats-Unis, l’Agence européenne du médicament (EMA) a autorisé, le 22 avril 2022, un nouveau médicament contre l’insomnie, le Quviviq (daridorexant), développé par la biotech suisse Idorsia.

Le médicament, prochainement disponible en pharmacie sur ordonnance, est indiqué pour « traiter les adultes souffrant d’une insomnie ayant duré au moins trois mois et qui a un retentissement considérable sur leur fonctionnement au cours de la journée » précise l’EMA.

Alors que les somnifères classiques agissent sur les mécanismes de l’endormissement, le daridorexant agit sur les mécanismes de l’éveil. Il s’agit d’un antagoniste des récepteurs de l’orexine, un neurotransmetteur produit par le cerveau qui favorise l’éveil. Il bloque son action en se fixant sur deux de ses récepteurs.

« Cela signifie que le Quviviq aide à s’endormir plus rapidement, à rester endormi plus longtemps et à améliorer le fonctionnement pendant la journée », indique le communiqué de l’EMA.

Dans une étude principale portant sur 930 patients, dont les résultats sont publiés en février 2022 dans The Lancet Neurology, ceux qui ont reçu 50 mg de Quviviq pendant 3 mois ont réduit de 29 minutes, en moyenne, le temps qu’ils passaient éveillés chaque nuit, contre une réduction de 11 minutes pour ceux qui ont reçu un placebo, rapporte le communiqué de l’EMA. Après 3 mois de traitement, les participants ayant pris 50 mg de Quviviq s’endormaient environ 35 minutes plus vite qu’avant le traitement, tandis que ceux ayant pris le placebo s’endormaient 23 minutes plus vite.

Les effets secondaires les plus fréquents (pouvant toucher jusqu’à 1 personne sur 10) étaient les maux de tête et la somnolence, indique l’EMA. La plupart des effets secondaires étaient légers ou modérés.

Quviviq ne doit pas être utilisé chez les personnes hypersensibles (allergiques) à l’un des composants, chez les personnes souffrant de narcolepsie (un trouble du sommeil qui provoque un endormissement soudain et inattendu) ou chez les personnes utilisant des « inhibiteurs puissants du CYP3A4 » (un groupe de médicaments).

« Ne buvez pas d’alcool pendant que vous prenez Quviviq. Il peut augmenter les effets de l’alcool, ce qui peut être dangereux », précise notamment le site du laboratoire dédié au médicament.

Il est conseillé de suivre ce traitement pour une durée la plus brève possible et de réévaluer ses besoins avec un médecin au bout de trois mois de prise du médicament.

Un autre somnifère appartenant à la classe des antagonistes des récepteurs de l’orexine est le suvorexant (Belsomra).



Partagez sur

  • Subscribe to our RSS feed
  • Share this post on Delicious
  • StumbleUpon this post
  • Share this post on Digg
  • Tweet about this post
  • Share this post on Mixx
  • Share this post on Technorati
  • Share this post on Facebook
  • Share this post on NewsVine
  • Share this post on Reddit
  • Share this post on Google
  • Share this post on LinkedIn