Un changement alimentaire pourrait aider à combattre la sclérose en plaques

L’activité anormale du système immunitaire qui provoque la sclérose en plaques (SEP) en attaquant et en endommageant le système nerveux central peut être déclenchée par l’absence d’un acide gras spécifique dans le tissu adipeux, selon une étude de l’Université Yale dont les résultats sont publiés en janvier 2021 dans le Journal of Clinical Investigation.

Cette découverte suggère qu’un changement dans l’alimentation pourrait aider à traiter certaines personnes atteintes de cette maladie auto-immune, selon le communiqué des chercheurs.

L’étude montre que les tissus adipeux des personnes atteintes de SEP n’ont pas des niveaux normaux d’acide oléique, un acide gras mono-insaturé qui se trouve à des niveaux élevés, par exemple, dans des huiles de cuisson, les viandes (bœuf, poulet et porc), le fromage, les noix, les graines de tournesol, les œufs, les pâtes, le lait, les olives et les avocats.

Ce manque d’acide oléique entraîne une perte des capteurs métaboliques qui activent des cellules T (ou lymphocytes T), qui jouent un rôle de médiateurs dans la réponse du système immunitaire aux maladies infectieuses, ont constaté les chercheurs. Sans les effets de suppression de ces cellules T régulatrices, le système immunitaire peut attaquer les cellules saines du système nerveux central et provoquer une perte de vision, la douleur, un manque de coordination et d’autres symptômes invalidants de la SEP.

Lorsque les chercheurs ont introduit des acides oléiques dans le tissu adipeux de personnes atteintes de la maladie lors d’expériences en laboratoire, ils ont constaté que les niveaux de cellules T régulatrices augmentaient.

« Nous savons depuis un certain temps que la génétique et l’environnement jouent un rôle dans le développement de la SEP », explique David Hafler, professeur au département de neurologie. « Cette étude suggère que l’un des facteurs environnementaux impliqués est l’alimentation. »

L’obésité déclenche des niveaux d’inflammation malsains et est un facteur de risque connu pour la SEP, souligne Hafler. Une observation qui l’a conduit à étudier le rôle de l’alimentation.

Des études plus approfondies sont toutefois nécessaires pour déterminer si une alimentation riche en acide oléique peut aider certains patients atteints de la maladie.

 

Partagez sur

  • Subscribe to our RSS feed
  • Share this post on Delicious
  • StumbleUpon this post
  • Share this post on Digg
  • Tweet about this post
  • Share this post on Mixx
  • Share this post on Technorati
  • Share this post on Facebook
  • Share this post on NewsVine
  • Share this post on Reddit
  • Share this post on Google
  • Share this post on LinkedIn