Longévité « en santé » : grande différence selon la richesse

Les gens qui appartiennent au tiers le plus riche de la population connaissent plusieurs années de vie en santé de plus que ceux qui appartiennent au tiers le plus pauvre, selon une étude publiée en janvier dans le Journal of Gerontology.

Paola Zaninotto de l’University College London et ses collègues ont analysé des données portant sur 10 754 Britanniques et 14 803 Américains âgés de 50 ans et plus qui ont été suivis pendant 10 ans.

Ils ont examiné combien de temps les gens en Angleterre et aux États-Unis peuvent s’attendre à vivre sans handicap tel que l’incapacité de se mettre au lit et de se lever seuls ou l’incapacité de faire la cuisine, et dans quelle mesure les facteurs socio-économiques jouent un rôle.

Dans les deux pays, les participants ont été répartis en trois groupes contenant chacun 1/3 (33 %) de l’échantillon en fonction de la richesse totale des ménages.

Les inégalités socio-économiques dans l’espérance de vie sans incapacité étaient similaires en Angleterre et aux États-Unis, où les systèmes de santé sont très différents.

À l’âge de 50 ans, les hommes appartenant aux tiers les plus riches en Angleterre et aux États-Unis vivaient environ 31 années supplémentaires en « bonne santé », contre environ 22-23 ans pour ceux des groupes les plus pauvres.

Les femmes des tiers les plus riches vivaient environ 33 années supplémentaires en « bonne santé », contre 24,6 et 24 années.

Une autre étude, également publiée en janvier, a constaté des différences de la longévité sans diabète, maladie cardiovasculaire et cancer apportées par 5 habitudes relatives à la santé.



Partagez sur

  • Subscribe to our RSS feed
  • Share this post on Delicious
  • StumbleUpon this post
  • Share this post on Digg
  • Tweet about this post
  • Share this post on Mixx
  • Share this post on Technorati
  • Share this post on Facebook
  • Share this post on NewsVine
  • Share this post on Reddit
  • Share this post on Google
  • Share this post on LinkedIn