L’homme de Néandertal connaissait-il l’aspirine ?
 L’homme de Néandertal connaissait-il l’aspirine ?

Le 10 mars 2017.

Selon une étude menée par une équipe de chercheurs de l’Université d’Adélaïde, en Australie, et de l’université de Liverpool, au Royaume-Uni, l’homme de Néandertal consommait des bourgeons de peuplier, porteurs du principe actif de l’aspirine.

Les hommes de Néandertal connaissaient les plantes médicinales

Il est difficile d’imaginer les hommes, il y a 50 000 ans, prendre de l’aspirine quand ils avaient mal au crâne. Cependant, des chercheurs ont réussi à mettre en lumière que l’homme de Néandertal consommait déjà des feuilles de peuplier, qui contiennent le principe actif de l’aspirine. Une découverte qui donne de nombreuses informations sur ces hommes qui ont vécu entre -300 000 et -30 000 ans avant JC.

« Tout porte à croire que les hommes de Néandertal connaissaient bien les plantes médicinales, leurs propriétés anti-inflammatoires et anti-douleur », s’est félicité Alan Cooper, directeur de l’Australian Centre for Ancient DNA (ACAD), de l’Université d’Adélaïde. Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont analysé la plaque dentaire de quatre fossiles d’hommes de Néandertal.

Des bourgeons de peuplier pour soulager la douleur

Cette plaque dentaire est un objet d’études précieux pour les chercheurs, parce qu’on y trouve des micro-organismes qui se trouvaient dans la bouche, des traces de maladies de l’appareil respiratoire et digestif, mais aussi de petits morceaux de nourriture qui s’étaient coincés dans les dents. Sur l’un des fossiles, les chercheurs ont trouvé les traces d’un abcès dentaire et d’une infection, mais aussi des extraits de peupliers.

Selon les auteurs de cette étude, cela prouve une chose : cet homme devait souffrir horriblement et il a pris des bourgeons de peuplier pour soulager sa douleur. Mais ce n’est pas tout, des traces de moisissure herbeuse ont aussi été dénichées par les chercheurs. Une moisissure qui contenait de la pénicilline, un antibiotique naturel. L’homme de Néandertal savait donc soulager les douleurs, mais aussi combattre les infections.

Marine Rondot

À lire aussi : Une trace de cancer découverte dans un os vieux de plus d’un million d’années

Les Nouvelles de PasseportSanté.net

 


Partagez sur

  • Subscribe to our RSS feed
  • Share this post on Delicious
  • StumbleUpon this post
  • Share this post on Digg
  • Tweet about this post
  • Share this post on Mixx
  • Share this post on Technorati
  • Share this post on Facebook
  • Share this post on NewsVine
  • Share this post on Reddit
  • Share this post on Google
  • Share this post on LinkedIn