Sciences : l'immense valeur des erreurs

Le 17 octobre 2016

On n’en parle jamais et elles ne sont jamais publiées. Les échecs des recherches scientifiques sont autant de résultats précieux pour le domaine médical.

Des erreurs en or

« Seuls les scientifiques comprennent la valeur de l’échec », explique Struart Firestein, enseignant en neurosciences et directeur du département biologie de l’université de Columbia. « Elle n’est jamais enseignée à l’école, ce qui donne à la plupart des gens une image déformée de la science. Mais on tire souvent plus de leçons d’une erreur que d’un résultat concluant, et l’échec est la source des plus grandes découvertes ! »

En effet, les résultats publiés oublient en masse tous les essais « ratés », toutes les molécules qui n’ont pas réagi comme l’espérait le scientifique. Ce sont aussi beaucoup d’essais cliniques qui n’ont pas abouti et des médicaments testés sur des volontaires mais non commercialisés, faute de résultats satisfaisants. Aux oubliettes.

Un grand gâchis

La moitié des molécules testées lors d’essais cliniques ne sont jamais mises sur le marché et 60 % de ces échecs ne sont jamais publiés. En cause : le manque d’efficacité du médicament, les problèmes de sécurité, les effets secondaires graves, certaines raisons commerciales.

Pour palier à ce manque, des chercheurs ont décidé de publier ces résultats négatifs pour qu’ils soient utilisés et valorisés. « Même lorsque l’agent testé ne démontre pas son efficacité ou sa sécurité, les essais menés génèrent une information précieuse », expliquent-ils. Ainsi, il y aura moins de pertes d’informations.

Les Nouvelles de PasseportSanté.net

 

Partagez sur

  • Subscribe to our RSS feed
  • Share this post on Delicious
  • StumbleUpon this post
  • Share this post on Digg
  • Tweet about this post
  • Share this post on Mixx
  • Share this post on Technorati
  • Share this post on Facebook
  • Share this post on NewsVine
  • Share this post on Reddit
  • Share this post on Google
  • Share this post on LinkedIn