Pourquoi les antidépresseurs ne sont parfois pas efficaces

Le 19 octobre 2016.

Les antidépresseurs ne sont parfois pas efficaces chez certains patients, les psychiatres le savent déjà depuis quelques années. En revanche, on ne savait pas vraiment dire pourquoi certains cerveaux étaient plus réceptifs aux psychotropes que d’autres. Une équipe de chercheurs de l’Université de Columbia (New-York, États-Unis) vient de réaliser une expérience permettant de mieux comprendre pourquoi certaines thérapies médicamenteuses sont peu, ou pas efficaces.

L’amygdale réagit différemment aux émotions en fonction de l’histoire du sujet

En observant des cerveaux de volontaires à l’aide d’une IRM, pendant que leur étaient présentées des images de visages exprimant des émotions négatives, les scientifiques ont analysé les réactions de la partie appelée « amygdale », un reliquat de notre cerveau reptilien.

Surprise : chez les volontaires victimes de chocs émotionnels intenses dans leur jeunesse, qu’il s’agisse d’un événement ponctuel particulier (divorce des parents, décès)  ou d’une succession (violences physiques répétés, abus sexuels) la réactions aux images négatives était supérieure à la moyenne. À l’inverse, chez les volontaires qui n’ont pas eu à souffrir de périodes de stress émotionnel intense dans leur enfance, les réactions à la projection des images étaient faibles, voire modérées.

Les épisodes de stress intense dans la jeunesse conditionnent nos réactions aux émotions pour la vie

Les chercheurs de Columbia ont alors croisé ces résultats avec l’effet des psychotropes chez les dépressifs : ils s’avèrent être en moyenne plus efficaces chez les patients qui ont connu une enfance difficile. Ils forment l’hypothèse que ces sujets sont plus sensibles que la moyenne aux émotions négatives, quand, à l’inverse, ils sont soit coupés des émotions positives, soit y sont relativement insensibles, du fait de ce qu’ils ont du affronter plus jeunes. 

À l’inverse, les dépressifs qui n’ont pas rapporté avoir connu d’épisodes de stress émotionnel négatif intense dans leur jeunesse s’avèrent en majorité moins réceptifs aux psychotropes. L’étude suggère qu’il faudrait pouvoir soumettre les dépressifs à une IRM, pour mesurer la réaction de leur amygdale à des stimuli négatifs, avant de décider d’une thérapie médicamenteuse.

À lire aussi : Fatigue : attention à l’anxiété et à la dépression

Les Nouvelles de PasseportSanté.net

 

Partagez sur

  • Subscribe to our RSS feed
  • Share this post on Delicious
  • StumbleUpon this post
  • Share this post on Digg
  • Tweet about this post
  • Share this post on Mixx
  • Share this post on Technorati
  • Share this post on Facebook
  • Share this post on NewsVine
  • Share this post on Reddit
  • Share this post on Google
  • Share this post on LinkedIn