Il y a 35 ans, naissait le premier bébé-éprouvette français
Il y a 35 ans, naissait le premier bébé-éprouvette français

Le 24 février 2017.

Le 24 février 1982, il y a exactement 35 ans, naissait à l’hôpital Antoine-Béclère de Clamart, Amandine, le premier bébé-éprouvette français. Où en est-on aujourd’hui de la fécondation in vitro (FIV) ? On fait le point.

Plus de 20 000 FIV chaque année

En 1982, quatre ans après la naissance de Louise Brown, le premier bébé-éprouvette au monde, naissait la petite Amandine qui fête aujourd’hui ses 35 ans. La naissance de ce premier bébé français, conçu in vitro, avait, à l’époque, provoqué de vives polémiques. Mais aujourd’hui la FIV est très repandue. En 2008, en effet, 200 000 enfants avaient déjà été conçus par fécondation in vitro.

Cette assistance médicale à la procréation n’est accessible que pour les couples hétérosexuels chez qui une infertilité a été reconnue par un professionnel de santé. Les femmes seules ou les couples de femmes ne peuvent pas recourir à la fécondation in vitro. On considère un couple comme infertile quand il ne parvient pas à avoir un enfant après 12 à 24 mois de tentatives, sans contraception.

Un parcours du combattant pour certains couples

La FIV représente une merveilleuse solution pour de nombreux couples mais pour d’autres c’est un peu le parcours du combattant. Il faut en effet noter que cette expérience peut être très longue et douloureuse. Les couples qui ont recours à la FIV n’ont qu’une chance sur deux d’avoir un enfant. Après quatre tentatives, l’Assurance maladie ne rembourse plus les FIV. Les échecs peuvent donc être très douloureux pour le couple.  

Il faut savoir que plus la femme est jeune, plus ses chances de tomber enceinte grâce à une fécondation in vitro sont importantes. Après 43 ans, la femme n’aura plus accès à la FIV. On notera par ailleurs que la FIV expose au risque de grossesses multiples puisque qu’elle est permise grâce à une stimulation ovarienne. Selon les statistiques françaises, environ 20 % des grossesses obtenues par des FIV sont gémellaires et moins de 1 % sont triples ou quadruples.

À lire aussi : FIV : un test pour estimer ses chances de réussite

Marine Rondot

Les Nouvelles de PasseportSanté.net

 


Partagez sur

  • Subscribe to our RSS feed
  • Share this post on Delicious
  • StumbleUpon this post
  • Share this post on Digg
  • Tweet about this post
  • Share this post on Mixx
  • Share this post on Technorati
  • Share this post on Facebook
  • Share this post on NewsVine
  • Share this post on Reddit
  • Share this post on Google
  • Share this post on LinkedIn