67 % des moins de 50 ans souffrent d’herpès selon l’OMS

L’herpès de type 1 (HSV-1) toucherait plus de 3,7 milliards de personnes de moins de 50 ans dans le monde, selon des estimations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui viennent d’être publiés dans la revue scientifique Plos One. Plus de la moitié des moins de 50 ans, soit 67 % serait ainsi affecté par cette maladie sexuellement transmissible qui est la plus répandue dans les pays développés.

L'herpès touche 2/3 des moins de 50 ans dans le monde

L’herpès peut être de deux types : l’herpès de type 1 et l’herpès de type 2 dont les différences se situent principalement dans le mode de transmission et la zone de contamination.

Si L’herpès de type 1, une maladie liée au virus herpes Simplex de type 1 (HSV-1),  se manifeste par des poussées de “boutons de fièvre” autour de la bouche et se transmet principalement par contact avec les muqueuses buccales, la salive, les surfaces labiales ou péri-orales, l’herpès de type 2 (HSV-2), se transmet, quant à lui, lors d’une relation sexuelle. La transmission du virus dans ce dernier cas conduit à une infection caractérisée par l’apparition de petites vésicules douloureuses sur les parties génitales. Il toucherait 417 millions de personnes de moins de 50 ans dans le monde,

Les frontières entre les deux catégories d’herpès sont cependant étroites puisque  l’OMS rappelle à juste titre que l’herpès de type 1 peut également causer des infections au niveau génital lors de rapports sexuels oraux. 140 millions de personnes entre 15 et 49 ans seraient ainsi infectées par l’herpès génital à cause du virus de type HSV 1 et ceci principalement sur le continent américain, en Europe et dans le Pacifique occidental.

Le virus de type 1 toucherait en Afrique et dans la région de la Méditerranée orientale 87 % et 75 % des moins de cinquante ans respectivement. En Amérique, 49 % des femmes et 39 % des hommes en dessous de 50 ans seraient affectés par le virus, contre 69 % des femmes et 61 % des hommes en Europe.

La maladie est très contagieuse, et particulièrement pour le cas de l’herpès génital qui peut être asymptomatique, augmentant le risque de transmission de façon importante, raison pour laquelle l’OMS a souhaité alerter sur la nécessité de communiquer à l’égard des jeunes pour les inciter à se faire dépister avant d’avoir le premier rapport sexuel non protégé.

Selon la directrice du département de santé reproductive de l’OMS : ” L’accès à l’éducation et à l’information sur l’herpès et les MST est crucial pour protéger la santé des jeunes avant qu’ils ne deviennent sexuellement actifs”.

Une préoccupation d’autant plus grande qu’aucun traitement ne permet actuellement de guérir de la maladie.Une fois affectée, une personne devra suivre un traitement antiviral, pour limiter les symptômes et éviter les poussées. Les scientifiques cherchent actuellement à développer des vaccins pour prévenir de futurs infections.

Total 0 Votes

Que pensez-vous de cette info ?

Top Actus Santé

 


Partagez sur

  • Subscribe to our RSS feed
  • Share this post on Delicious
  • StumbleUpon this post
  • Share this post on Digg
  • Tweet about this post
  • Share this post on Mixx
  • Share this post on Technorati
  • Share this post on Facebook
  • Share this post on NewsVine
  • Share this post on Reddit
  • Share this post on Google
  • Share this post on LinkedIn