Polémique sur les médicaments-bonbons
Les médicaments ne sont pas des produits comme les autres. Ils sont avant tout faits pour soigner et ne devraient pas être « marketés » pour être vendus. Pourtant, un phénomène grandissant inquiète les pharmaciens : les médicaments-bonbons.

Qu’est-ce qu’un médicament bonbon ?

Des médicaments affichant de gouts « fraise », « caramel » ou encore « vanille » ? Voilà ce que sont les médicaments-bonbons, des traitements qui affichent en priorité leur saveur plutôt que la molécule qui fait l’efficacité du médicament.

Ce sont surtout les médicaments en vente libre, c’est-à-dire qui ne nécessitent pas d’une ordonnance pour être consommés qui sont concernés.

Mais les pharmaciens comme la députée PS de la Gironde Michèle Delaunay ne voient pas d’un très bon œil ce phénomène, davantage digne du marketing que de de l’industrie pharmaceutique.

Les médicaments ne sont pas du marketing

Alors que l’UFC Que Choisir avait déjà pointé du doigt une publicité pour l’Efferalgan cappuccino (pour adultes) ou fraise (pour enfants) lancée dans le métro parisien, le député explique que la saveur artificielle n’est pas tant le problème que le marketing qui encadre la vente de ces médicaments.

Elle a donc écrit une lettre à Marisol Touraine, attendant le prochain projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour encadrer et réglementer les pratiques des industriels pharmaceutiques.

Le phénomène est inquiétant surtout lorsque l’on sait que les Français sont les champions de l’automédication.

 

Partagez sur

  • Subscribe to our RSS feed
  • Share this post on Delicious
  • StumbleUpon this post
  • Share this post on Digg
  • Tweet about this post
  • Share this post on Mixx
  • Share this post on Technorati
  • Share this post on Facebook
  • Share this post on NewsVine
  • Share this post on Reddit
  • Share this post on Google
  • Share this post on LinkedIn