Plusieurs huiles d’olive extra-vierges n’en sont pas ou sont diluées (Agence canadienne d’inspection des aliments)

sur le site de Radio-Canada.

Sur plus de 140 marques concernées, 44 ont été prises en défaut par l’Agence à un moment ou à un autre, ce qui représente un échantillon sur trois.

Claudia Pharand, propriétaire du magasin Olive and Olives, suggère au consommateur de goûter l’huile qu’il achète. « Une huile d’olive extra-vierge de qualité a un goût de fraîcheur et des notes végétales un peu piquantes, alors qu’une huile d’olive pure ou raffinée ne goûte rien et procure seulement une sensation de gras dans la bouche. »

« Il est aussi recommandé d’acheter des produits d’une marque de confiance dont l’étiquette mentionne la provenance, le nom du producteur, l’année de récolte et la date d’expiration. Le prix à payer pour une huile extra-vierge authentique commence à 12 $ le litre et peut être beaucoup plus élevé. Donc, si on voit un produit à 5 $ le litre, il ne faut pas s’attendre à des miracles. »

En novembre 2015, rapportait le magazine Protégez-vous en juin 2016, la justice italienne a ouvert une enquête contre sept marques d’huile d’olive (Antica Badia, Bertolli, Carapelli, Coricellu, Primadonna, Santa Sabina, Sasso) soupçonnées d’avoir vendu sous l’étiquette « vierge extra » des huiles de qualité inférieure.

Psychomédia avec sources : Radio-Canada, Protégez-vous.
Tous droits réservés.

Actualités (psychologie, santé) | Psychomédia

 


Partagez sur

  • Subscribe to our RSS feed
  • Share this post on Delicious
  • StumbleUpon this post
  • Share this post on Digg
  • Tweet about this post
  • Share this post on Mixx
  • Share this post on Technorati
  • Share this post on Facebook
  • Share this post on NewsVine
  • Share this post on Reddit
  • Share this post on Google
  • Share this post on LinkedIn