Manger à toute heure du jour

Trois repas par jour, une ou deux collations ? Cette configuration ne semble pas correspondre à l’alimentation contemporaine, du moins aux États-Unis, selon une étude publiée dans la revue Cell Metabolism.

Shubhroz Gill et Satchidananda Panda du Salk Institute ont mené cette étude avec 150 hommes et femmes, âgés de 21 à 55 ans, qui ont pris en photos, au moyen d’une application mobile, tout ce qu’ils mangeaient et buvaient pendant 3 semaines.

Bien qu’ils rapportaient prendre les 3 repas typiques par jour, ce profil temporel était largement absent, ont constaté les chercheurs.

La majorité s’alimentait sur une période de 15 heures ou plus dans la journée. Moins du quart (25 %) des calories de la journée était pris avant midi et plus du tiers (35 %), après 18 heures.

En calculant le besoin quotidien moyen en calories des participants, les chercheurs ont établi que, pour l’ensemble du groupe, les calories consommées après 18 h 36 étaient en surplus du besoin pour maintenir leur poids collectif stable. (Voyez : Quel est le besoin en calories par jour ?)

Les données ont aussi montré certaines « pratiques alimentaires culturelles » des Américains. Par exemple, la consommation de café et de lait le matin, d’alcool dans la soirée, et de thé pendant la journée. Le yaourt était un aliment du matin, les sandwiches et les hamburgers étaient principalement réservés au repas du midi, tandis que les légumes et les glaces étaient enregistrés dans la soirée. Les photos de chocolat et de bonbons étaient enregistrées toute la journée à partir de 10 heures.

Le but de l’application mobile est de développer un moyen d’étudier les effets de la répartition de la prise alimentaire sur la santé. Un rythme diurne d’alimentation-jeûne favorise la santé, car les rythmes circadiens (sur 24 heures) de l’organisme influencent non seulement le sommeil, mais aussi le métabolisme (par ex. les mécanismes liés à l’insuline).

Une hypothèse est que, en plus d’éliminer certaines mauvaises habitudes, une alimentation restreinte dans le temps pourrait empêcher le « jetlag métabolique » qui se produit lorsque les organes métaboliques deviennent désynchronisés par rapport aux rythmes circadiens globaux du corps.

Même sans changer l’apport calorique quotidien, un jeûne nocturne plus long « réinitialiserait » l’horloge circadienne perturbée par l’alimentation 24/7 et améliorerait la capacité du corps à brûler des calories supplémentaires.

Huit des participants à l’étude ayant un surpoids ou une obésité, dont l’alimentation était répartie sur 14 heures, ont utilisé l’application pour les aider à viser un intervalle de 10-11 heures. Ils n’ont reçu aucune recommandation de modifier leur alimentation.

Après 16 semaines, assistés par des graphiques qui montraient la répartition de leurs prises alimentaires, ils ont perdu, en moyenne, 3.5 % de leur excès de poids et rapportaient mieux dormir et se sentir plus énergiques.

Les chercheurs souhaitent poursuivre ces travaux avec divers groupes afin d’offrir un tableau plus complet et étudier des variations socio-économiques. Ils souhaitent aussi tester les bénéfices de l’alimentation restreinte dans le temps sous différentes conditions de sommeil, activités et maladies.

Illustration : Source : Salk Institute.

Psychomédia avec sources : Salk Institute, Cell Metabolism.
Tous droits réservés

Actualités (psychologie, santé) | Psychomédia

 


Partagez sur

  • Subscribe to our RSS feed
  • Share this post on Delicious
  • StumbleUpon this post
  • Share this post on Digg
  • Tweet about this post
  • Share this post on Mixx
  • Share this post on Technorati
  • Share this post on Facebook
  • Share this post on NewsVine
  • Share this post on Reddit
  • Share this post on Google
  • Share this post on LinkedIn