JO : Quelles sont ces ecchymoses que nous voyons sur certains athlètes ?

Le 10 août 2016.

Les spectateurs des Jeux Olympiques n’ont pu s’empêcher d’observer d’étranges tâches rouges sur les corps de certains athlètes. Signe que ces derniers sont devenus adeptes d’une médecine douce, le « cupping », connu pour ses effets sur la vascularisation des muscles.

Stimuler la circulation du sang grâce à des ventouses

Il est fréquent, lors d’une épreuve des Jeux Olympiques, d’observer des athlètes arborant d’étranges tâches sur leur peau. Ces ecchymoses sont de forme ronde, de couleur rouge foncé et constellent le corps de certains sportifs, comme celui du nageur américain Michael Phelps.

À l’origine de ces étranges blessures, une pratique à laquelle s’adonnent de nombreux sportifs : le « cupping », cette médecine douce qui trouve son origine dans la médecine chinoise consiste à appliquer des ventouses sur des zones spécifiques du corps pour activer la circulation du sang dans certains muscles. Il suffit alors de poser la ventouse puis d’exercer une légère succion, soit grâce à une source de chaleur, soit grâce à une pompe, afin de stimuler les zones désirées.

Une arme pour éviter les douleurs de l’effort

Le cupping jouerait également un rôle sur l’élimination des toxines des tensions accumulées dans le corps. « La technique permet de tonifier la circulation locale dans les tissus mous (muscles, ligaments, tendons…) et lorsque ces zones sont mieux vascularisées, l’athlète est plus performant », explique ainsi Daniel Henry, kinésithérapeute, ostéopathe, kiné-chinoise, acupuncteur et président de l’Association Internationale des Praticiens Médecine des Ventouses (AIPMV), pour le quotidien Metronews.

« Selon l’endroit où est posée la ventouse, il est possible d’améliorer l’action par voie réflexe et l’action antalgique évite l’apparition de douleurs dues à l’effort. La méthode permet aussi de décongestionner certaines zones inflammatoires, redoutables donc pour prévenir les crampes. Enfin, en stimulant certains points, la ventouse peut aider à mieux gérer ses émotions. Une sorte de dopage soft physiologique », ajoute-t-il encore. Le cupping n’est pas la seule pratique originale des Jeux Olympiques. Certains athlètes utilisent également des « bandes de kinésithérapie ». Facilement repérables grâce à leurs couleurs vives, elles sont appliquées sur les muscles, afin de les protéger d’éventuelles blessures.

À lire aussi : Les blessures musculaires (sports)

Les Nouvelles de PasseportSanté.net

 


Partagez sur

  • Subscribe to our RSS feed
  • Share this post on Delicious
  • StumbleUpon this post
  • Share this post on Digg
  • Tweet about this post
  • Share this post on Mixx
  • Share this post on Technorati
  • Share this post on Facebook
  • Share this post on NewsVine
  • Share this post on Reddit
  • Share this post on Google
  • Share this post on LinkedIn