Comment les fibres maintiennent la santé du microbiote intestinal

Des chercheurs, dont les travaux sont publiés dans la revue Science, ont découvert comment les sous-produits de la digestion des fibres par les microbes intestinaux agissent pour aider à maintenir la santé de l’intestin.

« L’une des meilleures approches pour maintenir la santé intestinale pourrait consister à nourrir les microbes intestinaux bénéfiques avec des fibres alimentaires (prébiotiques) qui sont leur source de nourriture préférée », explique Andreas Bäumler de l’Université de Californie à Davis.

Leur étude suggère que « les signaux générés par les microbes bénéfiques conduisent le tractus intestinal à limiter les ressources qui pourraient mener à une expansion des microbes potentiellement dangereux. »

Les microbes de l’intestin métabolisent les fibres alimentaires non digestibles pour produire des acides gras à chaîne courte qui signalent aux cellules qui recouvrent l’intestin grêle de maximiser la consommation d’oxygène, limitant ainsi la quantité d’oxygène se diffusant dans la lumière intestinale (l’espace ouvert dans l’intestin qui est en contact direct avec des aliments digérés).

« Il est intéressant de noter que les bactéries intestinales bénéfiques qui sont capables de dégrader les fibres ne survivent pas dans un environnement riche en oxygène, ce qui signifie que notre microbiote et nos cellules intestinales travaillent ensemble pour promouvoir un cycle vertueux qui maintient la santé intestinale », souligne Mariana X. Byndloss, auteure principale.

L’étude a identifié le récepteur (du signal résultant du métabolisme des fibres) des cellules de l’intestin grêle qui régule le maintien de ce cycle de protection.

« Lorsque cette voie de signalisation fonctionne mal, elle entraîne une augmentation des niveaux d’oxygène dans la lumière intestinale », explique Bäumler. « Ces niveaux plus élevés rendent plus sensibles aux agents pathogènes entériques aérobies, tels que Salmonella ou Escherichia coli, qui utilisent l’oxygène pour éliminer les microbes bénéfiques concurrents ».

Cette étude identifie une cible thérapeutique potentielle pour le rééquilibrage du microbiote intestinal et ajoute aux connaissances sur l’interaction complexe entre le microbiote intestinal et les fibres alimentaires, concluent les chercheurs.

Pour plus d’informations, voyez les liens plus bas.

Psychomédia avec sources : UC Davis, Science
Tous droits réservés.

Actualités (psychologie, santé) | Psychomédia

 


Partagez sur

  • Subscribe to our RSS feed
  • Share this post on Delicious
  • StumbleUpon this post
  • Share this post on Digg
  • Tweet about this post
  • Share this post on Mixx
  • Share this post on Technorati
  • Share this post on Facebook
  • Share this post on NewsVine
  • Share this post on Reddit
  • Share this post on Google
  • Share this post on LinkedIn