Comment le sucre agit dans la croissance du cancer
La consommation de saccharose ou de fructose alimentaire favoriserait la croissance de certains types de cancer, et plus particulièrement le cancer du sein.

Des chercheurs américains viennent de découvrir le mécanisme par lequel la consommation de saccharose ou de fructose alimentaire favoriserait la croissance de certains types de cancer, et plus particulièrement le cancer du sein. Publiés dans la revue « Cancer Research », les travaux confirment que plus l’alimentation est riche en sucres, plus le risque de développer un cancer est élevé.

Si de nombreuses recherches antérieures avaient déjà pu établir un lien entre la consommation de sucre et le développement de cancers, Lorenzo Cohen et son équipe de l’Université du Texas MD Anderson Cancer Center viennent, outre le fait de confirmer cette association délétère, d’en identifier les mécanismes avec précision.

Travaillant avec des souris, les scientifiques ont réussis à identifier comment le saccharose et le fructose alimentaire, très présents dans les produits raffinés provenant de l’industrie agro-alimentaire, facilitaient chez ces rongeurs le développement de tumeurs mammaires et la survenue de métastases pulmonaires. Selon l’étude de l’équipe de Cohen, en effet, ce serait plus particulièrement le fructose parmi les sucres, qui affecterait le processus métabolique appelé 12-LOX en aidant la croissance des cellules des métastases.

Partant des résultats d’une étude sur l’homme montrant que la consommation de différents sucres (saccharose alimentaire, fructose, glucose) conduisait à un risque accru de développer un cancer du sein, ce qui n’était pas le cas de l’amidon, les chercheurs ont soumis des souris à quatre régimes alimentaires différents.

Alors que certains régimes étaient enrichis en amidon, d’autres étaient enrichis en différentes sortes de sucres. Les chercheurs souhaitaient aussi, à travers ces régimes différents, analyser l’impact de la consommation de deux sucres différents, le glucose et le fructose, que le corps ne gère par de la même manière :

« Le fructose est davantage traité par le foie, tandis que le glucose est plutôt traité par le pancréas et d’autres organes, » explique Cohen.

Après avoir nourri pendant six mois les souris avec les 4 régimes différents, les scientifiques ont constaté que plus de 50 % des rongeurs du groupe ayant reçu un régime enrichi en sucre de type saccharose alimentaire avaient développé des tumeurs mammaires. Moins d’un tiers cependant des souris des souris nourries avec un régime enrichi en amidon avait développé ces tumeurs.

En analysant les données, les chercheurs ont également constaté que ce sont les tumeurs des souris qui avaient consommé du fructose qui ont grandi le plus vite et étaient les plus volumineuses, ce qui confirment les résultats d’autres études qui ont mis en évidence le lien existant entre consommation de fructose et développement de tumeurs pancréatiques.

Selon Cohen, il semblerait donc que « le fructose est le moteur du processus inflammatoire plus que le glucose. ]…[ Il semble à partir de ces séries d’expériences que le fructose, sans le glucose conduise le processus de développement des tumeurs ».

Selon l’équipe de recherche, une voie moléculaire nommée 12-LOX (12-lipoxygénase) serait en cause dans le processus de croissance tumorale en favorisant l’inflammation des tumeurs et leurs croissance. Si la façon dont la voie LOX-12 affecte le cancer n’est pas encore très bien connue, il semblerait que le fructose rendre cette voie plus active.

Alors que les industries agro-alimentaires défendent l’utilisation de saccharose et de fructose dans les produits vendus, les considérant comme non dangereux pour la santé, cette étude semble montrer que la consommation de sucre industriel principalement est dangereuse pour la santé.

Un autre argument des industriels consiste à dire que le fructose se trouve aussi naturellement dans les fruits, et que de fait, il ne peut être délétère.

Même si des études n’ont pas encore montré si le fructose des fruits pouvait s’avérer délétère pour la santé, les scientifiques arguent toutefois que dans les fruits, il y a certes du fructose, mais que celui-ci est mélangé avec des fibres et d’autres nutriments, ce qui n’est pas le cas dans les boissons gazeuses sucrées.

« L’USDA, à la grande colère de l’industrie sucrière, a déclaré que le taux maximum de sucre (raffiné) pour le consommateur dans son alimentation est de 10 pour cent des calories provenant du sucre » a déclaré Cohen. Ceci équivaut à 6 cuillères à café par jour pour les femmes et 9 cuillères à café par jour pour les hommes « .

Et même avec cette dose, qui a été la mesure la plus faible de sucre que les chercheurs ont donné à un des groupes de souris, les tumeurs se sont développées.

Les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé, émises au printemps 2015, vont d’ailleurs dans le sens de limiter la consommation de sucre raffiné puisque cet organisme conseille de ne pas dépasser 6 cuillères à café de sucre par jour, soit environ 25 grammes.

Top Actus Santé

 


Partagez sur

  • Subscribe to our RSS feed
  • Share this post on Delicious
  • StumbleUpon this post
  • Share this post on Digg
  • Tweet about this post
  • Share this post on Mixx
  • Share this post on Technorati
  • Share this post on Facebook
  • Share this post on NewsVine
  • Share this post on Reddit
  • Share this post on Google
  • Share this post on LinkedIn